Montreuil : lancement d'ORT-Alumni, success stories de l'Optique

Publiée le 18/02/2016
 
 

C’est au 5ème étage du Lycée ORT Daniel Mayer que s’est tenue, mardi 16 Février, la première conférence/petit-déjeuner d’ORT-Alumni consacrée aux belles réussites de jeunes entrepreneurs issus du milieu de l’optique. Retour sur une matinée où l’énergie et la passion étaient palpables…

Créé en 2014, le réseau ORT-Alumni a vocation à réunir de « jeunes anciens » pour conseiller et aider nos actuels étudiants à entrer dans la vie professionnelle et à se lancer dans l’aventure de l’entreprise. Mardi 16 février, ils étaient ainsi quatre entrepreneurs à intervenir devant une centaine de futurs opticiens lunetiers et d’élèves de terminale accueillis par Isaac Touitou, Chef d'Etablissement. Ce premier temps fort d’ORT-ALUMNI s’est révélé être à la hauteur des aspirations de ses organisateurs, Rachel Allal, Valérie Partouche et Cyril Zarrouk.
Comment, en effet, ne pas avoir envie de créer son entreprise ou, à tout le moins, s’y préparer en travaillant avec les jeunes patrons qui ont témoigné de leur expérience avec une si formidable et sympathique conviction ?
Premier à intervenir, Jonathan Koskas, un « ancien du lycée », à la tête de neuf magasins dont des franchises, a décrit les challenges d’un développement fulgurant en indépendant. « Mes atouts ? » s’interroge-t-il.  « Simple ! ORT, sur un CV, ça attire beaucoup de sympathie, et notre formation nous apprend à être débrouillard, à innover et à aller plus loin… »  assure-t-il avant de répondre aux questions des participants, dont certaines très pointues sur le rôle des mutuelles.

 Puis ce fut au tour de Mathias Lebrati de présenter, Powerpoint à l’appui, les réalisations et potentialités d’accueil du groupe Alain Afflelou (1200 magasins dans le monde !). Bien sûr, le nom, à lui seul, ne peut manquer de faire rêver les aspirants entrepreneurs. Et c’est ce qu’a fait, avec une parfaite maîtrise de son propos, Mathias Lebrati, un « ancien  bac S » du lycée ORT de Villiers-Le-Bel. Constat : « Le métier reste beau, malgré ce qu’on dit du risque de saturation sur un marché où le nombre d’enseignes a doublé en quelques années… On cherche des gens qui ont la niaque ! ». Et à la question d’un étudiant sur la possibilité d’être « indépendant » face à une telle puissance commerciale, la réponse fuse : « Apportez un service que personne n’offre ! » 

  L’innovation va être au cœur des deux interventions suivantes. Celle de Raphaël Uzan qui raconte avec humour et une réelle passion un parcours de « pas très bon élève, mais fils d’opticienne », sauvé par l’enseignement en alternance et entrepreneur dans l’âme. Lui aussi crée des magasins, mais dans des quartiers « dont personne ne veut ». Son prochain défi : « Optic Express »,  un magasin dans le centre commercial de la Gare du Nord qui délivrera une paire de lunettes en… 5 minutes ! 

 Autre intervenant, autre parcours et positionnement clientèle, Grégory Sayada, lui, est à contre-courant de ses confrères. « Pour fabriquer une monture sur mesure, il faut plus de dix heures de travail… Chez nous, c’est la valeur du beau produit qui est transformée en argument marketing ». Une leçon en phase avec un des fondamentaux de la culture de l’ORT où l’accent est mis sur la technologie, les matériaux et le bel ouvrage. Et les participants de faire passer religieusement des maquettes et composants utilisés par l’intervenant dont la passion retenue est accompagnée d’une volonté de réussite toute aussi forte.

 Concluant, Thierry Sebagh affirme « qu’esprit  d’entreprise, culture numérique et innovation » sont au centre des ambitions d’ORT-France en matière de formation.

 En attendant le prochain événement ORT-ALUMNI, rappelons à toutes celles et tous ceux qui sont passés par les lycées de l’ORT qu’ils peuvent retrouver toutes les interventions et coordonnées des participants grâce au réseau ORT-Alumni  dont les informations sont accessibles sur www.ortalumni.fr.

 

Haut de la page

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies a des fins statistiques de visites. Continuer la navigation